La fresque sur Marcel Callo bientôt déplacée !

Des élèves de l'école Marcel Callo de Rennes assiste aux derniers coups de bombes
Le collectif rennais la Crèmerie termine la fresque le jour de son inauguration, devant un groupe d’enfants de l’école Marcel Callo de Rennes.

Nouveau rebondissement dans l’actualité de la place Sainte-Anne à Rennes : la fresque sur le bienheureux Marcel Callo déménagera le 5 octobre vers la Picardie !

Depuis mars dernier et les 70 ans de la mort de Marcel Callo à Rennes, la fresque géante sur l’histoire du bienheureux est restée, témoin fidèle de cet évènement, au cœur du vieux Rennes. Chose étonnante : elle a été préservée des graffs qui bien souvent ne tardent pas à recouvrir ces œuvrent éphémères. Depuis,la place était revenue dans l’actualité : fermeture de la Basilique Notre-Dame de Bonne Nouvelle pour cause de fissures causées par les travaux du métro, découverte de la dépouille de Louise de Quengo dans les travaux du Couvent des jacobins, derrière la palissade où a été réalisée la fresque.

Des collégiens de la région parisienne vont découvrir Marcel Callo

Bonne nouvelle : un collège, tenu par les Apprentis d’Auteuil à Nogent-sur-Oise et baptisé Marcel Callo, est intéressé par récupérer la fresque ! La palissade, sur laquelle elle est peinte, devrait être bientôt démontée et transférée vers ce nouveau lieu où elle sera préservée des outrages du temps. Une fin inattendue  pour une réalisation artistique dont la durée de vie initiale était plus que limitée.
//embedr.flickr.com/assets/client-code.js

150928_logo AAFondation catholique reconnue d’utilité publique,
acteur engagé de la prévention et de la protection de l’enfance,
Apprentis d’Auteuil
accompagne près de 30 000 jeunes et familles
dans plus de 200 établissements.
Ces jeunes lui sont confiés par leur famille ou par l’Aide sociale à l’enfance.
La fondation dispense 85 formations professionnelles dans 17 filières.

Les membres de l’équipe pédagogique comptent sur l’œuvre d’art éphémère réalisée à Rennes pour faire découvrir à leurs élèves la vie de ce jeune apprenti, laïc, scout, jociste, fiancé et profondément croyant qui s’engagea jusqu’au bout, aux côtés de ses camarades. Marie-Dominique  Wyttynck,  l’animatrice  pastorale  du  collège, qui a découvert la fresque lors d’un séjour à Rennes, programme déjà un pèlerinage avec ses élèves sur les pas de Marcel Callo à  l’Ascension pour faire découvrir entre autres lieux aux jeunes Picards la Basilique Notre-Dame de Bonne Nouvelle, où Marcel Callo avait l’habitude de prier tous les jours avant de partir pour l’Allemagne.

Une transmission avant la suite du projet

Pour le diocèse, ce déplacement a beaucoup de signification. « Cela permettra d’abord de conserver le formidable travail de l’artiste Mya et de son équipe de la Crèmerie, qui allait être un jour ou l’autre détérioré », explique Thomas Gueydier, chargé de mission auprès de l’Archevêque de Rennes. En outre, nous sommes heureux de transmettre à d’autres ce que nous avons reçu : Marcel Callo et son formidable message de paix, de fraternité et de foi,  toujours  d’actualité.  Le  Bienheureux  rennais  rayonne  au-delà  de  Rennes.  Nous  le savions déjà. En voici une nouvelle preuve. »

« Dès la réouverture de la Basilique, que nous espérons imminente, Mya et son équipe continueront ce qu’ils avaient commencé », annonce Thomas Gueydier. « Ils réaliseront les  derniers  éléments  de  la  fresque  à  l’intérieur  de  la  Basilique.  Il  était  prévu  et programmé que cela soit fait au lendemain du 19 mars. Ces nouveaux éléments resteront donc sur place et dévoileront la dimension spirituelle et surnaturelle de la vie de Marcel Callo dans le même style que la fresque. C’est cela le miracle de l’Eternité : l’éphémère devient immortel ! »