Des graffeurs rendent hommage à Marcel Callo

Palissade fresque Marcel Callo
La palissade où sera peinte la fresque sur Marcel Callo, au pied de la Basilique Notre-Dame de Bonne Nouvelle, à côté de la place Sainte-Anne.

 

Le 19 mars 2015 à 18h sera inaugurée place Saint-Anne, à Rennes, une fresque de 40 mètres sur la vie de Marcel Callo. Une réalisation étonnante qui tisse un lien entre art contemporain – et éphémère ! – et un personnage historique de la Ville de Rennes. Une passerelle aussi entre la cité bretonne et la basilique Notre-Dame de Bonne Nouvelle, représentante de son histoire religieuse.

A la bombe : Mya et le collectif de graffeur rennais La Crèmerie. Des artistes qui sont déjà intervenus sur les palissades de la place Sainte-Anne. Du mercredi 18 au jeudi 19, les graffeurs vont jouer de la bombe pour représenter les grandes étapes de la vie de jeune rennais, de son enfance dans le quartier à sa mort en déportation. La fresque se situera au pied de l’escalier de la basilique, le long du Couvent des Jacobins actuellement en plein travaux. Elle sera inaugurée à 18h par Monseigneur Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, et Mme Lénaïg Briéro, Maire-Adjointe de Rennes.

Dans les jours qui suivent, une deuxième réalisation sera faite par les mêmes artistes, cette fois dans la basilique elle-même, sur le message plus spirituel de Marcel Callo. Il sera possible d’assister à la création de l’œuvre dans l’église.

> Le site du collectif La Crèmerie

> Le graffeur Mya interviewé par Thomas Gueydier sur RCF Alpha (émission Au cœur de la foi du 7 janvier 2015, 13 mn) :
http://rcf.fr/spiritualite/mia-artiste-peintre (accès gratuit après identification sur le site)

Une fresque graffée sur les palissades du Couvent des Jacobins

La réalisation d’une fresque hommage à Marcel Callo sur les palissades du chantier du Couvent des Jacobins (côté Basilique) a pour but de situer un geste de mémoire original à proximité d’un lieu central dans la vie de Marcel Callo : la Basilique de Notre-Dame de Bonne Nouvelle (autrefois appelée église Saint-Aubin).

Lieu de recueillement, où il retrouvait les siens tous les dimanches et tous les jours de la semaine avant d’aller travailler de l’autre côté de la Vilaine. Lieu d’engagement, où il rencontrait ses amis militants de la J.O.C pour réfléchir aux conditions de vie des ouvriers. Lieu romantique, où il se retrouva quelques mois avant son départ avec Marguerite pour confier à Dieu et à Notre Dame leur futur foyer… Lieu symbolique enfin, où un service funèbre pour le repos de son âme rassembla une foule immense le 12 juin 1945.

Le choix d’un art populaire (le graffe) pour rendre hommage à l’ouvrier que fut Marcel Callo est, lui aussi, significatif. Pour de multiples raisons, le jeune déporté breton est la mémoire populaire du quartier ou la mémoire du quartier populaire que fut et que demeure, d’une autre manière aujourd’hui, le quartier Sainte-Anne. En outre, le caractère éphémère de la représentation nous rappelle la fragilité du Souvenir, toujours menacé par l’oubli et la précarité de notre humanité commune, toujours à reconstruire, toujours à réinventer, jamais acquis.

Le contraste entre le street art et l’architecture de la Basilique sera renforcé par le concert de chant choral donné par le Chœur de Saint Vincent le 19 au soir. Au programme : des Psaumes chantés en français, en anglais et en allemand.

> Tous le programme du 19 mars 2015 à Rennes

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s